Interview sur France 24 : Voici les propos de Gbagbo qui fâchent le régime Ouattara.

Dans  une interview accordée à la chaîne française France 24, Laurent Gbagbo, a craché certaines vérités au régime Ouattara. Toutefois, la réaction du porte parole du gouvernement Amadou Coulibaly montre bien que la sortie de l'ex-président ivoirien dérange. 


"Aucun Ivoirien ne peut être contraint à l'exil". A ce propos, Gbagbo "souhaite que la Constitution soit appliquée". 


Interrogé sur l'affaire braquage de la BCEAO, Gbagbo répond : " Moi je ris, je ris et je dis que c'est une mauvaise plaisanterie. Une plaisanterie de mauvais goût." fait savoir l'ex-président ivoirien qui dit ne point attendre une amnistie sur cette affaire. Quand le journaliste parle d'une épée de Damoclès sur la tête de Gbagbo en raison de cette condamnation, l'interviewé réfute cette idée. "Je n'ai aucune épée de Damoclès parce que je n'espère rien. Je n'ai jamais braqué une banque. Ici, la BCEAO a été braquée. On connaît les braqueurs de la BCEAO de Man, Bouaké, Korhogo et puis c'est Gbagbo qu'on condamne à 20 ans" replique-t-il.


 Avant d'ajouter : "Je ne demande rien. Je dis que c'est une mauvaise plaisanterie. Maintenant si elle ne cesse pas... Je suis habitué aux prisons, aux privations des libertés, je suis habitué à tout ça. Mais on ne va pas me faire admettre ce qui est inadmissible." 


Sur la question de la limitation de l'âge, Laurent Gbagbo n'y est pas allé du dos de la cuillère. "Dans un pays civilisé où on est bien élevé, on n'élimine pas les candidats à cause de leur âge. Joe Biden est plus vieux que moi et son prédécesseur." indique Gbagbo tout en ajoutant à mot voilé qu'il est le "chouchou des jeunes".