Guillaume Soro : "Un jour prochain viendra où AOuattara saura la vérité sur mon compte ! "

En février 2019, Guillaume Soro a été contraint de démissionner de la présidence de l'Assemblée nationale pour avoir refusé d'adhérer au RHDP. Depuis lors, le député de Ferké et le chef de l'Etat mènent une guerre sans merci. En exil dans l'hexagone depuis son retour manqué en Côte d'ivoire, le 23 décembre 2019, l'ex-chef de la rébellion sous Laurent Gbagbo ne compte pas lâcher prise.  


"Oui, j'ai choisi de ne pas m'engager au sein du RHDP unifié. Ainsi, je n'ai pas pris part au congrès du 26 janvier dernier au stade Félix Houphouët-Boigny. Grave erreur ! Grave faute ! Ont tôt fait de clamer certains de mes compères.
 Mais voyez-vous, je suis homme plus au jugement de l'histoire qu'au jugement des hommes", avait soutenu Guillaume Soro. 

Après cette démission forcée à la tête de l'hémicycle ivoirien, l'homme qui a conduit les Forces nouvelles contre le régime de Gbagbo et du Front populaire ivoirien (FPI), a dévoilé sa volonté de conquérir le fauteuil présidentiel.

Samedi 12 octobre 2019, en séjour en Espagne, le leader des soroïstes se déclare candidat à l'élection présidentielle de fin octobre 2020. 

Le 23 décembre 2019, le natif de Kofiplé (nord du pays) décide de rentrer à Abidjan, la capitale économique ivoirienne, mais son avion est dérouté au Ghana.

En avril 2020, l'ex-chef rebelle est condamné à 20 ans de prison ferme pour recel de deniers publics détournés et de blanchiment de capitaux. Toujours exilé en Europe, l'ancien chef rebelle continue de soutenir qu'il est victime de cabale.  

"Un jour prochain viendra où @AOuattara_PRCI saura la vérité sur mon compte ! Un jour viendra où la vérité s’imposera aux mensonges, autres cabales de son cercle ! Gardons le cap. Allons à la fusion", a déclaré Guillaume Soro dans un tweet récent.