SANDALE : Qui a déposé le corps de Tia Koné à Ivosep ? La veuve du magistrat brise enfin le silence.

Le 9 février 2021, les Ivoiriens ont appris le décès du magistrat Tia Koné. Apparemment, c’est de la même façon que sa famille biologique l’a appris. Et depuis, cette famille n’a aucune traçabilité du lieu du décès du magistrat à son transfert à la morgue de Ivoire Sépulture. L’affaire prend une tournure judiciaire…


Que se passe-t-il dans l’affaire de la mort du magistrat Tia Koné ? Qui a informé sa famille de sa mort ? Pourquoi aucun parent n’était présent et comment se fait-il que sa famille est empêchée de voir son corps depuis le 8 février 2021 ? Autant de questions qui viennent jeter un voile opaque sur les conditions réelles du décès de l’illustre magistrat.

Siamba Koné, épouse de Tia Koné relève les points d’ombre, suite à la mort de son époux. Son combat actuel : rétablir la dignité de « ce grand magistrat ».

" Les enfants m’ont appelé pour m’informer que leur papa est décédé. Je leur ai demandé où il est décédé, ils m’ont dit qu’on nous a dit " il était décédé à la Polyclinique Sacré Cœur d’Attoban ». Pourtant, notre première fille habite juste à côté, non loin du 30ème arrondissement de police d’Attoban et elle n’a pas été avisée de la présence de son père dans cette clinique. Ça sentait déjà le mensonge à mille lieux ", déclaré Mme Siamba Koné.


"Je me suis tout de même rendue dans cette clinique avec mes enfants », relate-t-elle. Selon la veuve, des explications fournies dans cette clinique, il ressort que le dernier passage de l’ex-président de la Cour suprême, dans la clinique, remonte au 13 janvier 2021. Des premières informations fournies par un responsable de la clinique, il ressortait que Tia Koné n’était pas décédé au sein de ladite clinique, alors qu’un médecin de cet établissement sanitaire précédé d’une bonne réputation, est le signataire de l’acte de constatation du décès.

" Les enfants une fois dehors, ont rapidement fait un courrier pour formaliser ce qui venait de nous être dit. En témoigne l’accusé de réception du courrier déposé au service courrier de la Polyclinique Sacré Cœur d’Attoban », relate dame Siamba Koné. " Jusqu’à aujourd’hui, nous nous demandons, où est décédé le magistrat hors hiérarchie Tia Koné ? Pourquoi personne ne veut nous dire la vérité ? ", s’interroge la veuve. Qui ajoute : "Est-ce qu’on peut jouer comme ça avec la mort d’un général de l’armée ?"

Je porte l’information à votre connaissance parce que Tia Koné ne s’appartenait plus à lui-même ni à nous-mêmes ses parents mais aux Ivoiriens ». Pour elle, il est clair : " Il faut que ce magistrat soit rétabli dans toute sa dignité ". Notons qu’en vue d’équilibrer cette information, nous avons sollicité à deux reprises, la version de la clinique. Les responsables n’ont pas encore souhaité réagir.